Le blog des 60 printemps démarre

Le blog des 60 printemps démarre

Bonjour,

Vous étiez des milliers, ils étaient 12 experts, plus moi. Ils nous ont aidés à compter nos ans en printemps. Voici le premier article de votre blog qui sera une première.

Des citations pour commencer:

 

Vieillir, c’est pas fait pour les mauviettes. (Bette Davis)

________________________________

Je l’aime tant, le temps qui reste…

Je veux rire, courir, pleurer, parler,

Et voir, et croire

Et boire, danser,

Crier, manger, nager, bondir, désobéir

J’ai pas fini, j’ai pas fini

Voler, chanter, partir, repartir

Souffrir, aimer

Je l’aime tant le temps qui reste (paroles de Jean Loup Dabadie, une chanson de Serge Reggiani)

 

 

LA JEUNESSE – poème de Samuel Ullman

La jeunesse n’est pas un moment de la vie – c’est un état d’esprit. Ce n’est pas une histoire de joues roses, de lèvres rouges et de genoux souples, c’est une histoire de volonté, une qualité de l’imagination, une vigueur des émotions. C’est la fraîcheur des sources profondes de la vie.

 

La jeunesse signifie la victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort. Souvent, on la rencontre chez un homme de soixante ans plutôt que chez un jeune de vingt ans. La vieillesse ne se mesure pas simplement au nombre des années. On vieillit quand on a déserté ses idéaux.

 

Les années rident la peau mais abandonner son idéal ride l’âme. 
Les soucis, les peurs et les doutes de soi font courber le cœur et retourner l’esprit à la poussière.

 

Qu’il ait soixante ou seize ans, il y a dans chaque cœur humain l’attrait de l’émerveillement, l’enchantement des étoiles et des choses ou des pensées d’étoiles, le goût téméraire des défis, l’insatiable appétit de l’enfant pour ‘et après ?’ et la joie du jeu de la vie.

 

Vous êtes aussi jeune que votre foi, aussi vieux que votre doute, aussi jeune que votre confiance en vous, aussi vieux que votre peur ; aussi jeune que votre espoir, aussi vieux que votre désespoir.

 

Au centre de votre cœur et de mon cœur, il y a une station radio qui capture les ondes ; aussi longtemps qu’elle captera des messages de beauté, d’espoir, de fête, de courage et de puissance venus des hommes et de l’Infini, nous resterons jeunes.

 

Quand l’antenne est baissée, quand votre esprit est recouvert de la neige du cynisme et de la glace du pessimisme, alors vous vieillirez, même à vingt ans. Mais tant que votre antenne est levée pour capter les ondes d’optimisme, il y a des chances pour que vous mourriez jeune à quatre-vingts ans.

 

 

Poème de Samuel Ullman (1840-1924) dont je vous propose ma traduction. Soldat, homme d’affaires et poète, Ullman écrivit ce poème à l’âge de 78 ans. Dans son interview du “Rendez-vous des 60 printemps” de mars 2016, le docteur Laurent Jacob a mentionné ce poète.

 

 

Et puis voici mon poème :

Manifeste de celles et ceux qui auront 107 ans un jour

  • Nous qui étions la raison de vivre puis de mourir de nos grands-pères
  • Nous qui étions la raison de survivre et de résister de nos parents.
  • Nous qui tremblons encore à un bruit de bottes dans la nuit noire.
  • Nous qui jouions quand les balles qui sifflaient n’étaient pas dans le jeu.
  • Nous qui aimions leur soin de nous sous les bombes.
  • Nous qui nous surprenons à être terrifiés encore par le son d’un vieil avion.
  • Nous dont les mères ne s’en sont jamais remises.
  • Nous dont le premier amour de petite fille est mort en Indochine.
  • Nous qui avons perdu l’innocence du monde avec « Nuit et brouillard » et sommes désormais tous juifs ou errants.
  • Nous pour qui chantaient Bécaud, Richard Anthony, Brel et Brassens.
  • Nous qui n’étions « les jeunes cons » de personne et qui savions que « les bourgeois c’est comme les cochons, plus ça devient vieux plus … ».
  • Nous qui foncions la nuit dans les poubelles des bourgeois, à coups de deux-chevaux.
  • Nous qui, heureusement, avions les livres.
  • Nous qui avons fait l’amour avant la cérémonie.
  • Nous dont la liberté des filles était rythmée par l’arrivée de leurs règles.
  • Nous, les filles qui avons pris une pilule à détraquer une jument.
  • Nous qui séchions les cours pour aller aux films de Truffaut.
  • Nous qui voyions sans comprendre revenir d’Algérie un copain devenu muet et fou.
  • Nous qui étions parfois aussi seul que Françoise Hardy au temps des copains.
  • Nous qui avons fait des enfants … étonnants.
  • Nous, qui savons ce qu’est vivre quand des petits enfants hurlent de bonheur, du plus loin qu’ils nous voient, et courent de toutes leurs forces dans nos bras, si bien que le monde a définitivement basculé dans l’amour.
  • Nous, nous décidons que nous ne vieillirons pas vieux.
  • Nous, nous décidons de notre dernière rébellion, de notre dernière trace.
  • Nous, nous vieillirons jeune afin que le monde change encore.

_______________________________________________________________

 

Voici donc le premier article de notre blog : www.60printemps.fr qui est né suite au premier sommet virtuel en ligne, “Le Rendez-vous des 60 printemps” de mars 2016. Il répond à vos désirs de créer une communauté en quelque sorte. Je compte donc sur vos suggestions et commentaires. Certains des participants au Rendez-vous ont du reste déjà des articles en préparation pour nous. Toujours avec cette force sous-jacente : tout commence ou recommence à 60 printemps.

 

Et si vous aviez besoin de preuves, en voici, vous verrez que vous avez encore plein de temps.

 

Nicolas Hulot a 60 ans quand il est encore nommé l’une des personnalités préférées des Français.

 

Louis Pasteur a 63 ans quand il vaccine un petit berger alsacien contre la rage.

 

Voltaire a 65 ans quand il écrit Candide.

 

Winston Churchill a 66 ans quand il devient Premier ministre, le 10 mai 1940.

 

Charles Perrault a 68 ans quand il écrit Le Petit Chaperon rouge.

 

Jane Fonda a 74 ans quand une journaliste de Paris-Match lui dit: « mais à 74 ans vous avez l’air d’une bombe !».

 

Nelson Mandela a 76 ans quand il devient le premier président noir de l’Afrique du Sud.

 

Henri Matisse a 81 ans quand il dessine les plans de la chapelle de Vence.

 

Agatha Christie a 86 ans quand elle écrit son dernier roman.

 

Simone Veil a 87 ans quand elle est encore au palmarès des personnalités préférées des Français. En 2007 elle a écrit sa vie : Une vie.

 

Allan Stewart a 97 ans quand il décroche un Master en sciences médicales en Australie et déclare: « J’ai toujours cru que la vie c’était comme la bicyclette. C’est quand on s’arrête de pédaler qu’on tombe

 

Fauja Singh, un Anglais originaire du Pendjab, a 100 ans quand il arrive 3850ième au marathon de Toronto et déclare: «Le secret pour vivre une longue vie en bonne santé c’est d’éviter le stress, d’être reconnaissant envers tout ce que l’on a, de garder ses distances avec les personnes négatives, de sourire et de courir.» Il continue depuis marathons et records. En 2015, à l’âge de 103 ans, il a été décoré de la Médaille de l’Empire britannique pour services rendus au sport et aux activités caritatives.

 

Alors, à nos baskets.

 

A vos plumes aussi car je vous suggère de mettre dans un commentaire ci-dessous, un exemple de contribution au monde d’une personne que vous connaissez personnellement et qui l’a fait après ses 60 printemps. Et enfin, pourquoi ne pas écrire un poème de votre crû ? Il parlera de vous et de notre gratitude envers de nos printemps.

 

Il y aura un cadeau pour les cinq poètes gagnants que je choisirai avec Marie-Noël Damas pour fin mai. Les critères ne seront pas forcément la richesse de vos rimes mais, égoïstement, notre émotion à sa lecture.

Le cadeau c’est soit une crème pour guérir les talons fendillés, soit un gel pour soulager les jambes après une grande marche ou autre sport.Vous avez un mois pour nous envoyer vos poèmes à : madeleinelejeune@gmail.com objet : poème pour 60 printemps

 

Notre prochain article sera du docteur Laurent Jacob.

 

3 Comments

  • Monique ROBERT

    Reply Reply 6 juin 2016

    Merci Madeleine,

    Cela réchauffe le coeur de lire ce blog et cela aide pour continuer la route de la vie. Merci pour la traduction de ce beau poème.

    Monique

  • Coucou Madeleine, super ce nouveau blog.

    Les poèmes sont magnifiques, et j’ai aussi adoré la liste d’exploits réalisés par des gens à un âge qu’on croit vieux. (Une petite fille avait dit : « Ce n’est pas toi qui est vieille, c’est ton âge qui est vieux »… je trouve cette phrase géniale.)

    Je transmettrai cet article à tous ceux qui radotent sur leur « grand âge », actuel ou à venir, c’est du concentré de vitamines.

    Bonne journée à tous 🙂

  • marie chrstine

    Reply Reply 19 mai 2016

    60 printemps
    Je suis en plein dedans
    Et pourtant !
    Malgré la maladie qui me persécute
    Et qui au quotidien est abrupte
    J’ai envie de vous suivre
    De dire combien j’ai envie de vivre
    Sera-t-il assez long le temps ?
    Celui qui est devant !
    Je n’ai nullement envie de me replier
    Juste exister
    Lire, écouter, chanter danser
    Boire, manger, marcher échanger
    Voir mes petits bouts grandir
    Comme j’ai vu leurs parents sourire
    Assister à leurs premiers amours
    Les assister pour toujours.
    Être au coté de mon mari
    Qui toujours m’a compris
    Et bien souvent soutenue
    Dans les moments difficiles et ardus
    Vivre ou mourir ?
    Combien de fois je me suis posée cette question
    Mais j’ai su résister à la tentation
    Grâce à l’EFT
    Qui a su m’apaiser
    Faire évoluer son chemin de vie
    Pour qu’il soit infini
    Car je le sais un jour on partira
    Mais le plus loin possible sera
    Malgré mon visage buriné par la maladie, et mes cheveux gris
    Mes petits me disent bien souvent que je suis jeune et jolie.
    A leurs yeux je suis toujours leur mamie Kiki
    Qui répond toujours présente aux moindres soucis
    Quand ma princesse Zia
    Me serre dans ses bras
    Qu’elle me regarde de ses yeux
    Tendre et amoureux
    Quand son grand frère me confie ses secrets
    Dans le creux de l’oreille très discret…..
    Je veux à leurs yeux rester la mamie active
    Disponible pour les cajoler et rester vive
    Pour partager avec eux tout ces moments formidables
    De cette vie parfois instable.
    Vieillir ne me fait pas peur
    Continuer à vivre tous ces moments de bonheur
    Non la mort ne me fait pas peur
    Il faut juste se préparer en famille pour l’heure
    Je ne regrette rien de mon passage sur cette terre
    J’ai horreur des cimetières
    Sauf à la Toussaint où ils sont fleuris à souhait
    Et ça ; ça me plait !
    J’aime les chrysanthèmes
    Qui sont mon emblème
    Tout au long de ma vie j’ai instruit à mon entourage
    Qu’il fallait toujours se tenir prêt pour l’abordage
    Ne jamais regarder derrière et avancer à vue
    Pour vivre aussi bien que j’ai vécu
    Je dis avoir réussi ma vie
    Puisque ils sont tous grands et petits
    Derrière leur maman et leur mamie
    J’ai mené ma vie chaotique parfois
    Mais sans regret toutefois
    La vie vaut le coup d’être vécue
    Et tant que je serai émerveillée et émue
    C’est que je serai toujours à vos cotés
    Pour vous écouter

    maman

Leave A Response

* Denotes Required Field